Bilan positif des dialogues régionaux de l’OACI sur le régime mondial de MBM pour le transport aérien international

MONTRÉAL, le 1er mai 2015L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a conclu avec succès sa première série de Dialogues de l’aviation mondiale (GLAD) sur les mesures basées sur le marché (MBM), qui se sont déroulés pendant le mois d’avril 2015 dans toutes les régions. Les sessions GLAD, d’une durée de deux jours, ont été conçues pour partager des informations sur les MBM et leur rôle éventuel dans la réduction des émissions de CO2 produites par l’aviation internationale. Elles visaient également à faire le point sur les progrès de l’OACI en ce qui concerne l’élaboration de son régime mondial de MBM et à donner aux États membres et aux organisations concernées une occasion précieuse de débattre et de formuler des observations.

 

« Grâce aux cinq GLAD que nous avons organisés, l’OACI a touché 350 participants de 79 pays, a souligné le Secrétaire général de l’OACI, M. Raymond Benjamin. Il est crucial de promouvoir ce type de discussions et de dialogues entre les gouvernements pour parvenir à un consensus pratique sur un régime mondial de MBM pour l’aviation internationale, qui sera présenté à l’Assemblée de 2016 de l’OACI. »

 

Les cinq sessions GLAD se sont tenues à Lima (Pérou, 9-10 avril), à Nairobi (Kenya, 14-15 avril), au Caire (Égypte, 20-21 avril), à Singapour (23-24 avril) et à Madrid (Espagne, 27-28 avril). Au cours de chacune de ces sessions ont eu lieu des exposés instructifs, et divers groupes de discussion ont examiné les caractéristiques de base du régime mondial de MBM et les enjeux de sa mise en œuvre. Soulignons que nombre des participants aux GLAD venaient d’États non membres du Conseil de l’OACI, organe directeur de l’Organisation composé de 36 pays qui fait avancer les travaux sur les MBM au sein de l’institution des Nations Unies chargée de l’aviation.

 

« La structure et le format des GLAD ont été conçus spécifiquement pour impliquer les États non membres du Conseil et les informer sur les principes de base des MBM, ainsi que sur le rôle que pourrait jouer une MBM de l’aviation internationale pour compléter le panier de mesures de réduction des émissions, dont s’occupe déjà l’OACI, a déclaré M. Olumuyiwa Benard Aliu, Président du Conseil de l’OACI. Ce type d’assistance et de renforcement des capacités est essentiel au rôle et à la mission qui incombent à notre Organisation et correspond pleinement aux objectifs de notre campagne actuelle intitulée Aucun pays laissé de côté. »

 

Parmi les points saillants des sessions de dialogue sur les MBM, on peut citer la préservation de l’environnement, la simplicité et la rentabilité d’un régime mondial, la nécessité de différencier sans discriminer, et la volonté d’éviter que ces MBM ne représentent une charge administrative ou des coûts excessifs. Lors de la dernière session des GLAD s’est tenue une table-ronde interactive à laquelle ont

participé des représentants des États, de l’industrie, des ONG de défense de l’environnement et des institutions financières.

 

« Le résultat le plus important pour nous est sans doute le fait que les États qui ont assisté à ces premières discussions des GLAD en sont repartis en se réjouissant à la perspective de participer à la deuxième série, pour laquelle il est prévu qu’une proposition concrète pour un régime mondial de MBM soit au centre des discussions, a observé M. Daniel Azema, Directeur de cabinet du Secrétaire général. Les États et les autres organisations attendent avec intérêt de nouvelles informations sur la manière dont notre secteur peut améliorer son empreinte environnementale, et l’OACI est tout aussi désireuse de les leur fournir. »

 

En septembre prochain, l’OACI organisera également à son siège à Montréal un séminaire sur les Partenariats mondiaux pour la réduction des émissions de l’aviation, qui comprendra des débats plus spécifiques sur les marchés du carbone.

 

 


Contact :

 

Share this page: